Voyage en Corcellie

© JLuc – avril 2014


La montagne de la Certenue et sa fontaine miraculeuse

samedi 26 avril 2014, par JLuc

La Corcellie se trouve sur les flancs de la Certenue. Cherchant des précisions à propos de ce que les morvandiaux du coin disent de la Certenue, à savoir que c’est une montagne sacrée et que sa fontaine est miraculeuse, je n’ai trouvé que quelques traces éparses, bien que ça soit un savoir très vivant dans la culture locale. De plus, les documents trouvés ne recoupent pas toujours fidèlement ce que les gens d’ici savent et racontent parfois.


- http://www.lejsl.com/saone-et-loire...

Située au sommet de la Montagne de la Certenue, près d’une chapelle, la source a tout d’abord servi pour les jeunes filles qui cherchaient un mari, pour les femmes qui voulaient un enfant ou du lait pour l’allaiter. Après la seconde guerre mondiale, les pèlerinages se déroulaient à la Pentecôte pour les enfants noués, à la parole en retard, les fièvres et la stérilité. Les pèlerins buvaient l’eau et faisaient des ablutions avant de se rendre dans la chapelle pour dire des prières à haute voix. Le miracle se produisait vers minuit quand la statue de la sainte qui se trouvait dans le bâtiment se couvrait de sueur ou changeait de couleur. L’église a condamné cette pratique. Cependant, le curé de Broye, qui avait prêché contre cette fête n’a lui-même guéri qu’en se rendant à la source et en y buvant…

- http://lalumierededieu.eklablog.com...

La chapelle de la Certenue

La fontaine Notre-Dame de la Certenue se trouve près du sommet de la montagne de la Certenue, non loin de la chapelle de la Certenue.

Le pèlerinage se déroule à la Pentecôte pour les enfants noués, à la parole en retard, les fièvres et la stérilité. Il faut y passer la nuit du dimanche au lundi.

Le lundi de Pentecôte jusque midi, les pèlerins boivent l’eau, font leurs ablutions et des provisions d’eau de la source. Il est possible aussi de faire une neuvaine pour une intention particulière en buvant l’eau de cette source pendant 9 jours. En cas de réussite, un voyage sur place s’impose.

- http://energetiquementvotre.forumcu...

La fontaine Notre Dame de la Certenue se trouve près du sommet de la montagne de la Certenue, ancien lieu de culte druidique, non loin d’une chapelle dédiée à la Vierge et fréquentée toute l’année. Un pèlerinage se tient habituellement à la Pentecôte. Jusqu’au milieu du XVIIème siècle, la fête de la Certenue était dite "balladoire", c’est à dire païenne, à cause de certains débordements contre lesquels tonnaient les curés de Mesvres, la ville voisine. Ceux-là, ou connurent une mort rapide, ou durent demander leur changement. Une chapelle dédiée à la Vierge fut bien construite sur le site, cependant, depuis plus d’un siècle on n’y voit plus de pèlerinages pieux. De toute façon les énergies de cette chapelle doivent être bien retombées puisque depuis peu un magnifique relais se dresse sur le haut de la colline, à une trentaine de mètres du bâtiment.

- Dans Tibulle, compagnon du devoir, les secrets d’un druite Hélvète

- http://oda.chez-alice.fr/Histoire.htm (après le 1er dessin)

La fontaine sacrée de la Certenue (ou de l’Essertene), est la plus révérée. On y venait la nuit du dimanche au lundi de la Pentecôte, ce qui donnait lieu à des rassemblements car on lui attribuait la propriété de guérir tous les maux. Sur une dalle qui la borde, une empreinte pédiforme passe pour une trace préhistorique, laquelle apparaissait comme le "Pas de la Dame", la divinité des Eaux. Jusqu’au milieu du XVIIème siècle, la fête de la Certenue était dite "balladoire", c’est à dire païenne, à cause de certains débordements contre lesquels tonnaient les curés de Mesvres, la ville voisine. Ceux-là, ou connurent une mort rapide, ou durent demander leur changement. Une chapelle dédiée à la Vierge fut bien construite sur le site, cependant, depuis plus d’un siècle on n’y voit plus de pèlerinages pieux.

- Sur cette dernière page il est aussi question de la Pierre qui Branle et du chaos rocheux d’Uchon qui est un phénomène rocheux impressionnant autrement appelé le Carnaval, où se trouvent diverses roches nommées, dont la redoutable Griffe du Diable. La légende de la griffe du diable est très belle ainsi que la conte http://www.france-pittoresque.com/s... : le diable voulait emporter cette pierre pour la livrer au constructeur d’un pont avec qui il l’avait échangé contre sa fille, mais l’amant de ladite jeune femme s’y opposa et le diable lâcha la pierre, y laissant gravées les traces de ses griffes...

Au fait, voici la griffe du Diable qui n’est rien moins que rassurante. C’est une roche haute de trois mètres et mesurant douze mètres de tour, tombée, on ne sait comment, en équilibre sur un socle. Elle porte dans ses flancs une large empreinte produite par des érosions naturelles et qui ressemble à une griffe colossale. A ses pieds, l’amoncellement des pierres donne l’impression d’un caméléon apocalyptique préposé à sa garde. Comment une pareille mise en scène n’inspirerait-elle pas la légende ? Et celle que l’on conte est si vieille, qu’elle est, depuis bien longtemps, reçue dans la tradition. L’action se passait à l’époque lointaine où les habitants de Toulon avaient décidé de jeter, sur l’Arroux, un solide pont de pierre [...]

Cette page présente aussi la Pierre qui Croule :

Au milieu du XIXe siècle, la « pierre qui croule » d’Uchon, galet de granit de huit mètres de large et de 2 mètres 30 de haut, pesant plus de 20 tonnes et situé à l’orée du bois d’Escrots, jouissait d’une propriété curieuse, celle d’osciller du nord au sud à la moindre pression. [...] Pour les habitants, la « pierre qui croule » était auréolée de surnaturel. Les anciens, paraît-il, la consultaient comme un oracle, et leurs descendants, vigilants gardiens des traditions ancestrales, la prenaient encore pour arbitre. Seulement, par une singularité de leur nature, ils l’avaient transformée en juge spécialiste de la fidélité conjugale.

L’histoire de cette pierre y est aussi contée, je vous laisse l’y trouver. On pourrait continuer longtemps sur les environs druidiques, énergétiques, et spirituels (les abbayes anciennes, la vouivre, les dolmens, les routes celtiques, les sculptures de l’Abbaye de Autun, le temple des 1000 Boudhas,...) mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Pour en revenir à la Certenue, sur les flancs de laquelle se trouve La Corcellie, voici comment le groupement pour la sauvegarde des forêts du Morvan, qui y a acquis 16 hectares de forêts, en parle :
http://www.sauvegarde-forets-morvan...

La Certenue sur la commune de la Chapelle sous Uchon . 24 petites parcelles d’un total de 16 hectares sont d’un intérêt paysager majeur, sur un secteur de plus en plus enrésiné, malgré le site qui fait partie de quelques lieux magiques en Morvan dont certains sont déjà détruits. Voici un passage d’un article écri en 1989 par le Chamoine Denis Grivot très connu pour ses ouvrages sur la cathédrale d’Autun et sur les lieux sacrés vénérés par toutes les civilisations. « La Certenue a perdu beaucoup de son mystère le jour ou on a tracé une route goudronnée, le jour ou on a dressé un poteau de télévision, le jour ou on a déboisé tout l’environnement de la source sacrée. Ce dernier fait relève même de la criminalité : en une journée les bûcherons ont détruit le mystère de plusieurs millénaires »

Eh oui : les plantations de résineux sévissent dans les environs - mais on se bat pour préserver les forêts de feuillus en futaie irrégulière : vous aussi souscrivez au Groupement Forestier -, et il reste encore de magnifiques forêts diversifiées de feuillus autour de Corcelle.


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9