Voyage en Corcellie

© JLuc – avril 2014


Réfection à neuf des ’joints’ de l’accueil

mercredi 30 juillet 2008, par JLuc

Portfolio


"L’accueil" c’est ainsi que nous appelons la pièce destinée ultérieurement à l’accueil de stagiaires et autres chercheurs en écologie pratique. Ce sera un espace de vie au rez de chaussée, et un dortoir pour 5 à 10 personnes sur la mezzanine. Il y aura aussi salle de bain (chantier également en cours), buanderie et cuisine collective (l’année prochaine) dans la pièce à côté.

L’été dernier, nous y avons coulé une dalle en chaux et copeaux de bois sur un hérisson de gros gravier, et cette année, nous devons refaire rejointoyer les murs et poser un sol en vieilles tomettes.

Le chantier de rejointoyage s’est étalé sur tout juillet, et va se poursuivre en aout.

On commence par gratter les vieux joints.
La plupart du temps, c’est un mélange de terre et de sable qui tient les pierres, qui s’éffrite et tombe en poussière. C’est facile à gratter, ça tombe aux pieds, et ça laisse la place pour un nouveau joint tout beau ensuite.
En quelques points, les précédents occupants à différentes époques passées ont déjà refait des joints. A certaines époques, le mortier était très riche en ciment, ce qui fait des joints moches et durs. Alors on enlève ce qu’on peut, mais on laisse le reste...
Pour tout ça on utilise des brosses métalliques, des bâtons à bouts cloutés comme des brosses à dents de gobelins, voire d’un mini pic pour les morceaux de ciment ...

Puis on fait le mélange de mortier de chaux et sable, à la bétonnière, et on l’applique.

Je préfère pour cela prendre une poignée de mortier et l’appliquer à la main sur l’espace du joint à refaire. Si c’est un joint profond et large, je prend une belle poignée que j’étale, sinon, une plus petite. Si le trou est large et profond, il faut mettre une petite pierre d’abord, avec la bonne forme ! Comme les pierres ne font pas d’escalade, il faut pour plus de solidité que cette pierre tienne toute seule, posée sur la pierre du dessous plutôt que simplement collée noyée dans le mortier. En effet, le joint empêche les pierres de bouger, il solidarise l’ensemble du mur, mais ne doit pas porter les pierres !

JPEG - 28.5 ko

Pour l’esthétique, on lisse les joints avec la main, en suivant les trajets courbes entre les pierres. C’est un geste ferme pour être efficace, mais léger pour ne pas marquer trop vivement la surface. C’est assez sensuel en fait !!

Quelques heures plus tard et au plus tard le lendemain, il faut repasser sur le travail fait pour brosser les pierres qui dépassent de manière à les nettoyer en enlevant toute trace de chaux. C’est pour l’esthétique : c’est beau un mur de pierre quand les joints sont lisses, forment de belles arabesques vivantes autour des pierres, et quand les pierres ressortent bien avec leur couleur et matière naturelle ! Il y a quelques endroits où on a pas pu repasser le lendemain, et ils restent rugueux, c’est difficile à leur faire rendre ce bel aspect !

Quand les creux entre les pierres sont larges et profond, on ne peut pas tout faire en une seule fois, il faut faire une première couche, puis une 2eme quand le mortier de chaux a un peu durcit.

Là ça y est : les joints du rez de chaussée sont finis. Il reste encore à refaire ceux de la mezzanine, mais déjà c’est bon, on peut maintenant poser les tomettes.


RSS 2.0 [?]

Espace privé

Site réalisé avec SPIP
Squelettes GPL Lebanon 1.9